chapter  11
6 Pages

Relative pronouns

La maison de Monsieur Ernest était une vieille baraque en planches qui n’avait

jamais été peinte et avait pris, de ce fait, l’aspect de tout ce qui est abandonné à

la pluie et au soleil dans la touffeur du climat. D’ailleurs, elle n’appartenait même

pas à Monsieur Ernest. Elle faisait partie de quatre ou cinq autres que Madame

5 Achi, une des grandes propriétaires du bourg, louait à une dizaine de familles.